Mobilisation de soutien pour le procès de Gaspard, décrocheur du portrait de Macron à Amiens

Amiens, mardi 23 mars 2021, 16h - Après une longue audience, le procès de Gaspard, s’est conclu par la réquisition du procureur de 500 € avec sursis. Le délibéré sera rendu le mardi 20 avril à 9h.

Après une longue audience, le parquet a requis 250€ avec sursis pour vol, ainsi que 250 € avec sursis pour le refus de prélèvement d’ADN contre Gaspard, 19 ans.

La présidente du tribunal s’est montrée très intéressée par notre action : elle a pris le temps d’écouter le prévenu et ses témoins et a souhaité comprendre la motivation de Gaspard. Face à l’urgence climatique, la désobéissance civile permet de défendre devant la justice la légitimité de notre action et de nos revendications. Nous espérons maintenant que la juge sera convaincue et fera preuve du même courage que les juges ayant déjà prononcé les relaxes pour des décrocheurs et décrocheuses de portrait.“, conclut Doris Marchand, porte-parole d’ANV-COP21.

Alors que des marches pour le climat sont prévues partout en France ce dimanche 28 mars et que les mobilisations s’enchaînent, les procès de citoyens continuent également : le 29 mars à Marmande, le 30 mars à Bordeaux, ou encore le 2 avril à Toulouse, d’autres sont à venir [2].

[1] Plus d’informations sur le procès : https://anv-cop21.org/mobilisation-de-soutien-proces-de-gaspard-amiens/ 

[2] Retrouver la liste complète des procès #DécrochonsMacron à venir sur decrochons-macron.fr/les-proces

_____________________________

Amiens, mardi 23 mars 2021. Gaspard, étudiant de 19 ans, comparaît ce matin au tribunal d’Amiens pour avoir décroché le portrait présidentiel à la mairie d’Amiens en mars 2020. Alors même que la loi Climat et Résilience passera à l'Assemblée nationale dans les semaines à venir et que le gouvernement a été reconnu coupable de carences fautives dans la lutte contre le réchauffement climatique, Gaspard est convoqué pour son action symbolique et non-violente en faveur du climat et de la justice sociale.
Malgré les conditions particulières, de nombreux citoyens, de nombreuses organisations et personnalités, élus ou membres de la société civile, se mobilisent pour soutenir le message des décrocheurs de portrait. L’audience devrait se terminer en fin de matinée.

Crédit : Samuel Panier

Ce mardi 23 mars, Gaspard Fontaine comparaît devant le tribunal d’Amiens pour vol et refus de prélèvement ADN. Ce procès fait suite au décrochage du portrait présidentiel organisé par Action non-violente COP21 à la mairie d’Amiens [1], une action symbolique qui annonçait l’opération “Démasquons Macron” aux abords de l’Elysée pour faire le bilan de l’inaction climatique et sociale du président et de son gouvernement. 

En soutien à Gaspard, la mobilisation organisée par ANV-COP21 rythme la journée et illustre la détermination de ses nombreux soutiens (citoyens, personnalités de la société civile, personnalités politiques et organisations [2]) à exiger des mesures adaptées aux enjeux de notre siècle et le maintien de conditions de vie dignes. 

Le jugement de l’Affaire du Siècle, qui a été reconnue par le tribunal administratif de Paris, a donné raison aux décrocheurs de dénoncer l’inaction climatique du gouvernement. L’État a été condamné pour carences fautives dans la lutte contre le dérèglement climatique”, annonce Jean-François Julliard, directeur général de Greenpeace, venu témoigner à l’audience. “La mobilisation citoyenne joue un rôle essentiel pour gagner des victoires pour le climat.

En cohérence avec les mesures sanitaires en vigueur, le rassemblement a commencé à 8h avec une haie d’honneur, des prises de paroles, une représentation artistique et se tient dans une ambiance festive où chacun et chacune apporte son soutien à Gaspard, à la jeunesse et à la génération climat. 

De nombreuses mobilisations, et des poursuites qui s’enchaînent

Alors que des marches pour le climat sont prévues partout en France le 28 mars et que les mobilisations s’enchaînent, les procès de citoyens continuent : le 29 mars à Marmande, le 30 mars à Bordeaux, ou encore le 2 avril à Toulouse, d’autres sont à venir.

Alors que l’État a été reconnu coupable d’inaction climatique,  il continue à poursuivre les jeunes qui, par des actions non-violentes et symboliques, exigent le maintien de conditions de vie dignes. Nous espérons que la juge saura prendre en compte cette réalité et fera preuve du même courage dans sa décision que ceux qui ont permis d’obtenir quatre relaxes pour des décrocheurs et décrocheuses”, ajoute Rebecca Wangler, porte-parole d’ANV-COP21.

#DécrochonsMacron

_______________________________________________

[1] Plus d’informations sur ce décrochage

[2] Les personnalités présentes : Frédéric Amiel (Les Amis de la Terre), Ugo BERNALICIS (témoin, LFI), Karima DELLI (EELV), Jean-François JULLIARD (Directeur général de Greenpeace, témoin), Jean-Luc MÉLENCHON (LFI), Juliette MIGNOT (témoin, chercheuse au CNRS - océanographe), Sandrine ROUSSEAU (EELV), François RUFFIN (LFI), Marie TOUSSAINT (EELV), Audrey VERNON (comédienne)

Partagez sur les réseaux sociaux :
Facebooktwitter
Posted in Action, Décrochons Macron.