Michaël Horn libéré après 26 heures de garde à vue, nouvelles réquisitions de portraits

Deux nouveaux portraits présidentiels ont été réquisitionnés ce matin à Saint-Jean-de-la-Ruelle (Loiret) et à Jassans-Riottier (Ain). Depuis le 21 février, 13 murs de mairie ont ainsi été laissés vides, à l’image de l’absence de politique du gouvernement face à l’urgence sociale et climatique. Michaël Horn, activiste du groupe ANV-COP21 Mulhouse, vient de se sortir de 26 heures de garde à vue. La répression n’a jamais été si forte pour le mouvement, tandis que l’État poursuit en toute impunité une politique qui menace les conditions de vie civilisée sur Terre.

Malgré les intimidations, 3 gardes à vue, 5 perquisitions depuis le 21 février, la détermination des activistes climat ne fléchit pas. Ce matin, treize activistes d’Action Non-Violente COP21 Orléans ont réquisitionné le portrait présidentiel à Saint-Jean-de-la-Ruelle. Pas moins d’une heure plus tard, c’était au tour de treize activistes d’ANV-COP21 Beaujolais de se rendre à Jassans-Riottier où le treizième portrait d’Emmanuel Macron a été sorti afin de le mettre face à la réalité du dérèglement climatique, l’extinction de la biodiversité qui s’accélère, la clameur des gens en colère face aux injustices et à l’inaction !

Après 26 heures de garde à vue, Michaël Horn est sorti du commissariat peu avant 19 h. Cet activiste y a été placé hier à 16 h 45, à la suite d’une action de décrochage du portrait du président Emmanuel Macron. Il a été arrêté et menotté à son domicile, emmené à son lieu de travail puis au commissariat de Wittelsheim. Les deux perquisitions de la police, au domicile et au lieu de travail de Michaël visent à retrouver le portrait qui a disparu de la mairie de Wittelsheim ce vendredi matin.

Un comité de soutien était rassemblé depuis hier devant la gendarmerie pour demander sa libération immédiate. “Depuis les premières actions, nous voyons la répression se renforcer, mais nous ne nous laisserons pas intimider. Le soutien massif que nous recevons et la détermination des activistes à poursuivre les actions montrent à quel point l’urgence climatique et sociale est un enjeu majeur, pour lequel nous sommes prêts à encourir les risques nécessaires.” affirme Sylvine Bouffaron, membre d’ANV-COP21.

En effet, Fanny Delahalle, l’une des activistes de Lyon, est convoquée au tribunal de grande instance le 2 septembre 2019 [1]. “Nous déplorons l’énergie et la réactivité que le gouvernement déploie actuellement contre nos actions, pendant que rien n’est fait pour limiter le dérèglement climatique. Des activistes climat sont arrêtés, et le gouvernement menace les conditions de vie civilisée sur Terre en toute impunité.” explique Pauline Boyer, également activiste d’ANV-COP21.

Tant que des mesures suffisamment radicales ne sont pas mises en œuvre pour maintenir le réchauffement à 1,5°C ou 2°C maximum, ANV-COP21 appelle à poursuivre ces actions !

Partagez sur les réseaux sociaux :
Facebooktwitter
Posted in Action, Action ANV, Non classé, Sortons Macron and tagged , , .