Eric après l’annonce de sa relaxe  - Crédit photo :  Laurent Favriot
Eric après l’annonce de sa relaxe - Crédit photo : Laurent Favriot

Face à l’acharnement de l’État, sixième relaxe pour un Décrocheur de portrait

  • 27/05/2021

Bordeaux, 25 mai 2021. Eric Payen, militant climat qui était poursuivi pour le décrochage de portrait officiel du président Macron, a été relaxé par le tribunal correctionnel de Bordeaux. Cette décision, prise au nom de la liberté d’expression, s’ajoute à d’autres décisions favorables aux activistes d’Action non-violente COP21. Après le fiasco de la loi Climat, cette nouvelle relaxe renforce le message sur l’inaction du gouvernement Macron et la légitimité des actions du mouvement climat.

 

Le Parquet avait requis 1 000 euros d’amende contre Eric Payen (800 euros pour le vol, 200 pour le refus de prélèvement ADN). Le tribunal de Bordeaux a décidé de le relaxer pour le vol, au nom de la liberté d’expression, et de le dispenser de peine pour l’ADN.

Des actions légitimes face à l’urgence et à l’inaction gouvernementale

« J’étais poursuivi pour avoir, avec beaucoup d’autres, dénoncé l’inaction climatique et sociale de Macron à travers ce décrochage de portrait en 2019. », précise Eric, d’ANV-COP21 Gironde. « Depuis, il y a eu encore beaucoup de bla-bla, d’écrans de fumée, les promesses non tenues faites à la Convention citoyenne pour le climat, et finalement le fiasco de cette loi Climat. Face à la trahison du gouvernement, nos actions citoyennes sont légitimes, cette relaxe le confirme ! »

Lors de l’audience le 30 mars, la défense avait fait citer le député de Gironde Loïc Prud’homme ainsi que le climatologue Didier Swingedouw, qui avait insisté sur l’urgence de prendre des mesures radicales pour limiter le dérèglement climatique et sur le retard de la France par rapport aux objectifs.

Plus de trente procès pour décrochage de portrait présidentiel ont eu lieu en deux ans. C’est la sixième relaxe sur le fond (au motif de la liberté d’expression et/ou de l’état de nécessité), après celles de Lyon, Auch, Valence, Strasbourg et Amiens.
Des procès en appel auront lieu à Colmar le 9 juin et à Grenoble le 30 juin. Plus d’informations sur le site decrochons-macron.fr

 

 

Eric après l’annonce de sa relaxe


Eric après l’annonce de sa relaxe – Crédit photo : Laurent Favriot