Le Black Friday, la planète au rabais

Le Black Friday, véritable jour de gloire à la consommation, aura lieu vendredi 29 novembre prochain. Dans le contexte actuel d’urgence climatique et d’épuisement des ressources naturelles, nous dénonçons un ‘vendredi noir’ pour la planète et l’Humanité. Nous appelons à rejoindre les marches et grèves des jeunes pour le climat dans tout l’hexagone et à participer à des actions non-violentes contre la surproduction et le matraquage publicitaire. 

Rares doivent être les personnes n’ayant pas croisé un panneau publicitaire ou une vitrine clinquante annonçant le Black Friday dans l’hexagone. Le ‘vendredi noir’, une opération commerciale lancée aux Etats-Unis, s’est imposée en France ces dernières années, surfant sur la vague de la mondialisation. Le Black Friday correspond, en Amérique du Nord, au lendemain du repas de Thanksgiving, qui a lieu le 4ième jeudi du mois de novembre. Il lance la saison d’achat avant Noël et permet à certaines grandes marques d’assurer leur chiffre d’affaires de l’année. 

Travaille, Consomme et ferme ta gueule : planète au rabais

Avec Amazon: tout doit disparaître...même la planète !

Les géants de la vente en ligne font leur chou gras de ce jour qui représente une véritable aubaine pour eux. Prenons l’exemple d’Amazon, véritable incarnation d’un monde dans lequel les exclu.e.s de la mondialisation et les plus précaires restent sur la touche. En 2017, le Black Friday a été la journée la plus fructueuse pour Amazon en France, avec une augmentation de 40% des ventes par rapport à l’année précédente. 

Destruction des invendus, conditions de travail déplorables, volonté d'expansion massive, évasion fiscale, gaspillage et épuisement des ressources naturelles : le système d'Amazon est l'un des plus injustes et inacceptables de la planète. Pourtant, l'entreprise prévoit de doubler son implantation en France. Conséquences ? Une augmentation de la précarité au travail, une véritable menace pour les réparateur.rice.s indépendant.e.s, une augmentation de la mise sur le marché de nouveaux produits....

La planète en rupture de stock

Or, la planète est déjà en rupture de stock puisque l’humanité vit à crédit écologique depuis le 29 juillet 2019, ‘jour du dépassement’ où nous avons utilisé toutes les ressources naturelles que la Terre peut renouveler en une année. Chaque produit supplémentaire consommé essouffle la planète et augmente notre dette auprès des populations déjà impactées par le dérèglement climatique et les générations futures. 

Des millions de consommateurs des pays industrialisés vont succomber à la tentation de remplacer leur portable qui commence à devenir vieux, ou acheter pour trois fois rien sur le net un produit fabriqué à l’autre bout du monde dans des conditions dans lesquelles personne n’aimerait travailler. Le démon du clic, excité par la publicité, va faire des ravages. 

Mais ce n’est pas tant le coût de cette journée en terme d’émissions de gaz à effet de serre qui sera le plus grave - bien qu’il soit énorme -, c’est le fait que ce jour paraisse normal pour la plupart de la population, tant nous sommes maintenu-e-s, dans le mythe de la société de consommation à tout prix. 

Manifestation contre une planète au rabais

La grande arnaque

Mêlant publicité mensongère, avec, selon une étude de l’UFC que choisir, seulement quelques euros d’économie sur beaucoup de produits, et grosses actions de déstockage du trop plein de produits fabriqués, le Black Friday est avant tout une opération marketing qui vise à susciter l’envie compulsive d’acheter des produits destinés à être renouvelés. 

C’est le décalage, entre la réalité de la situation mondiale en terme d’épuisement des ressources naturelles, d’un système de surconsommation qui laisse de côté les plus démuni-e-s, de millions de vies déjà impactées par le dérèglement du climat et le conte de fée que nous racontent les entreprises instigatrices du Black Friday que nous dénonçons. La grande distribution et la publicité poussent les consommateurs à appuyer sur l’accélérateur d’une machine économique néolibérale bien huilée qui n’est pas paramétrée pour épargner nos vies. 

Dans un contexte d’urgence climatique où la sobriété n’est pas une option sur le chemin d’une société soutenable et juste, mais une condition sine qua non, le Black Friday, véritable jour de glorification du système consumériste, est une aberration.

Blocage devant Amazon : Non à une planète au rabais

Nos vies ne sont pas à brader !

Ce vendredi 29 novembre, nous appelons tout le monde à rejoindre les marches organisées partout en France et les grèves internationales des jeunes pour le climat, lancées par Greta Thunberg pour faire masse contre ce système économique destructeur.

Vous pouvez rejoindre un groupe ANV-COP21 près de chez vous pour mener des actions contre la surproduction, pour dénoncer les activités d’entreprises comme Amazon et demander, avec les Amis de la Terre, l’adoption par le parlement d’un amendement pour un moratoire sur la construction des zones d’entrepôts et de stockage sur le territoire, dans le cadre de la loi économie circulaire discutée en ce moment au parlement. Toute nouvelle construction d’entrepôts permettrait à Amazon et aux autres entreprises du e-commerce de continuer à s’ancrer sur notre territoire, créant la destruction de milliers d’emplois. La relocalisation des activités marchandes et des emplois est une nécessité pour faire face à l’urgence climatique et sociale actuelle. 

Nous vous invitons également à mener des actions intitulées ‘Adblock Friday, vendredi noir pour la pub’ avec Résistance à l’Agression Publicitaire (RAP) pour dénoncer le vecteur de la fièvre acheteuse : la publicité. 

Rejoindre un groupe ANV-COP21

Télécharger le kit action antipub RAP

Signer la pétition pour interpeller Amazon

Crédit photo (dans l'ordre) : Sixtine Dano, François Gonod

Partagez sur les réseaux sociaux :
Facebooktwitter
Posted in Non classé.