DSC_8829

Deux poids, deux mesures : les Faucheurs de chaises inquiétés quand les coupables courent toujours !

Plus d’une vingtaine de Faucheurs de chaises ont été inquiétés sur l’ensemble du territoire. Paris, Marseille, Lyon, Strasbourg, Bordeaux, Bayonne, Perpignan… partout le soutien est fort et la mobilisation continue.

A deux mois de l’ouverture des négociations de la COP21, un collectif de personnalités parmi lesquelles Edgar Morin, Claude Alphandéry, Christophe Alévêque ou encore Geneviève Azam signait un appel à la réquisition citoyenne de chaises dans les banques pratiquant l’évasion fiscale organisée. Depuis le Sommet de Copenhague en 2009, alors même que le dérèglement climatique est déjà une tragédie pour des millions de personnes, les pays membres des Nations Unies sont incapables de trouver les 100 milliards d’euros par an nécessaires à l’alimentation du Fond vert pour le climat, permettant à minima l’adaptation et la transition des pays du Sud.

Le message des Faucheurs de chaises est alors clair : « L’argent pour sauver le climat existe bel et bien , il est dans les paradis fiscaux ! »

Edgar Morin et Cie (Reporterre) arton7262-fc135

243 chaises ont ainsi été réquisitionnées depuis le 12 Février 2015 par des centaines de citoyen.ne.s agissant à visage découvert de manière 100% non-violente.

En réponse à ces actions, les banques réagissent, petit-à-petit.

Juin 2015, suite à la réquisition menée par une vingtaine de faucheurs de chaises à la BNP Paribas Boulevard Voltaire à Paris, le porte-parole d’ATTAC France se voit convoqué au commissariat central du Xe arrondissement. La banque a porté plainte pour vol en réunion.

Le 5 Novembre 2015 à Bordeaux, suite à une action menée par 22 militant.e.s d’ANV-COP21 et des Amis de la Terre, c’est l’une d’entre eux qui est arrêtée par la BAC une fois rentrée chez elle, et son domicile perquisitionné. Emmenée par les forces de l’ordre au commissariat vers 13h, elle ne sera libérée qu’après 7h de garde à vue. « On attend de voir quand la police mettra les mêmes moyens pour lutter contre les banques qui organisent l’évasion fiscale et qui privent les finances publiques de milliards d’euros. On voit qu’il y a deux poids deux mesures selon qu’on réquisitionne des chaises à visage découvert, où qu’on vole des milliards » rappelait alors Jon Palais, porte-parole d’ANV-COP21. [lire l’article]

A Marseille le 15 Janvier 2016, suite aux réquisitions locales d’octobre et novembre 2015, ce sont deux militants d’ATTAC qui sont placés en garde à vue dans le cadre d’une inculpation pour vol en réunion et apologie de crimes et délits. Une soixantaine de personnes se réunissent alors en soutien devant la banque et portent les slogans : « Toutes et tous Faucheurs de chaises », « Etat d’urgence climatique ».

marseille

Un collectif de 11 personnes dont Corinne Morel Darleux (conseillère régionale en Rhône Alpes) et Julien Bayou (conseiller régional d’Ile de France) réquisitionnaient 3 chaises dans une agence HSBC de Lyon le 9 novembre dernier. Les lundi 18 et vendredi 22 janvier 2016, ils ont tous écopé d’un rappel à loi leur interdisant de contester l’évasion et l’optimisation fiscales par des actions joyeuses et symboliques, le tout assorti d’un sursis de deux ans. Il s’agit là de la première condamnation suite à une action de réquisition citoyenne de chaises. Par la plume de sa secrétaire Raymonde Poncet, « EELV 69 regrette la volonté manifeste de dissuader ici et là l’expression publique de la contestation écologique et sociale. » [lire l’article]

La même semaine, le 21 janvier, près de Perpignan, Jacques Toreilles, militant ANV-COP21 et Alternatiba est entendu dans le cadre d’une enquête pour vol en réunion. Il est accompagné d’une cinquantaine de personnes toutes déterminées à soutenir le faucheur de chaises et à faire entendre les mêmes revendications.

jacques faucheur

Jacques Toreilles, déclarera à sa sortie : « Je n’ai rien déclaré, j’ai juste décliné mon identité. J’ai accepté qu’on prenne mes empreintes mais pas mon ADN. Je dénonce cette criminalisation du militantisme. C’était une action légitime, citoyenne. J’espère que je serai convoqué devant le tribunal, car il y a des jurisprudences avec les faucheurs d’OGM, parfois des décisions de justice ont montré que c’était eux qui avaient raison. »

A ce jour, c’est plus d’une vingtaine de Faucheurs de chaises qui ont été inquiétés à Paris, Marseille, Lyon, Strasbourg, Bordeaux, Bayonne, Perpignan…

Depuis la mise en place de l’état d’urgence, nous nous devons de rester vigilant.e.s face à un système qui ne permet pas de mettre en balance la question de la légitimité et celle de la légalité. Les Faucheurs de Lyon en sont un bon exemple. Les militant.e.s ne sont pas passés devant un tribunal, ils ont été convoqués directement au commissariat, se voyant remettre un rappel à la loi leur interdisant de manifester de manière joyeuse contre l’optimisation et l’évasion fiscale.

Au lendemain de la COP21, d’un accord trahissant fortement ses promesses, très loin d’être à la hauteur du défi climatique que nous avons à relever, l’incohérence est totale : les militant.e.s qui se mobilisent pour plus de justice climatique se retrouvent inquiétés et traduits en justice quand les véritables responsables des causes du dérèglement climatique peuvent librement continuer leur office.

DSC_8829
« Ce n’est pas les lanceurs d’alerte qu’il faut juger, c’est HSBC ! » Réquisition citoyenne de chaises, Bayonne, novembre 2015

Face à cette situation, ANV-COP21 soutient plus que jamais les militant.e.s qui poursuivent d’une manière ou d’une autre  leur lutte pour plus de justice climatique. Dans le même sens, ANV-COP21 mène actuellement une réflexion pour aller plus en avant dans la lutte contre l’évasion fiscale et maintient son appel à l’internationalisation des actions de réquisitions citoyennes de chaises.

Partagez sur les réseaux sociaux :
Facebooktwitter
Posted in Non classé.

One Comment

  1. Pingback: Deux poids, deux mesures : les Faucheurs de cha...

Comments are closed.