Vague d’actions pour soutenir Alex Montvernay, militant climat anti-pub en procès

#NiPubNiProcès

Mise à jour de l'article le 2 juin 2020 suite au procès

Photo d'Alex Montvernay à son procès le 2 juin 2020 en compagnie de Delphine Batho

Alex Montvernay à son procès le 2 juin 2020 en compagnie de Delphine Batho - Crédit Lucas Lemmel

Deux mois de suspension de permis et 300 euros d’amende requis à l’encontre d’Alex, militant climat anti-pub

Communiqué de presse du 2 juin 2020 d'Alternatiba Rhône : Renvoyé devant une juridiction collégiale le 7 octobre dernier, le procès d’Alex Montvernay, militant climat antipub a bien eu lieu ce mardi 2 Juin au Tribunal judiciaire de Lyon. Une audience qui s’est déroulée à huis clos et dont les témoins, Delphine Batho, députée et ancienne Ministre de l’Ecologie, et Mehdi Khamassi, chercheur en neurosciences au CNRS, ont défendu la légitimité du geste d’Alex. Le procureur a requis à son encontre 300€ d’amende et 2 mois de suspension de permis.

Retrouver l'intégralité du communiqué de presse sur le site d'Alternatiba Rhône

Rendez-vous le 2 juillet 2020 pour le verdict !

Soutenir financièrement Alex en alimentant la cagnotte.

Vague d'actions pour soutenir Alex Montvernay, militant climat en procès le 2 juin 2020 pour une action anti-pub

Communiqué de presse - Dimanche 31 mai 2020, à Lille, Strasbourg, Poitiers ou encore Paris, plus de 100 citoyens et citoyennes se sont mobilisés sur 12 territoires pour recouvrir des panneaux publicitaires dans leur ville en soutien à Alex Montvernay, militant lyonnais qui sera jugé mardi 2 juin pour avoir participé à une action de désobéissance civile non-violente visant à dénoncer la place grandissante de la publicité dans l’espace public.

Action anti-pub menée par le groupe ANV-COP21 Besançon

Action anti-pub menée par le groupe ANV-COP21 Besançon

La publicité est un choix politique

Ces samedi et dimanche, les groupes Alternatiba et ANV-COP21 ont mené des actions non dégradantes de recouvrements de publicité en y inscrivant des messages à l’aide de bombes de peinture à la craie, pochoirs, remplacement d’affiches... Ces actions ont pour objectif de soutenir le militant lyonnais Alex Montvernay en procès le 2 juin, tout en dénonçant les effets néfastes de la publicité sur les sociétés et le climat, avec les messages #NiPubNiProcès, La pub détruit le climat, Laissons la pub confinée, La pub est un choix politique... Certains groupes, suivant la dynamique lancée à Lyon, ont monté des brigades de PubBusters, chasseurs de publicité mobilisés pour la faire fuire de nos villes. Lors de ces actions non-violentes, 16 citoyens ont été interpellés par les forces de l’ordre.

“Il faut condamner la pub, pas celles et ceux qui la dénoncent ! De plus en plus nombreuses, agressives, et polluantes, les publicités poussent à la surconsommation dans un mépris total des réalités humaines, écologiques et sociales. Les élu·es doivent se saisir des Règlements Locaux de Publicité (RLP) pour réduire la place de la publicité dans l’espace public par des mesures ambitieuses. La publicité est un choix politique. Il est urgent d’agir !”, estime Florent Gaudin, porte-parole de ANV-COP21.

ANV-COP21 Tours, action en soutien à Alex #NiPubNiProcès, crédits Quentin-Maurice Delamour

ANV-COP21 Tours, action en soutien à Alex #NiPubNiProcès, crédits Quentin-Maurice Delamour

Des militants climat mobilisés contre la publicité

Alex Montvernay a été interpellé à Lyon le 24 mars 2019, pour avoir participé à une action de désobéissance civile non-violente consistant à coller des affiches publicitaires sur l’Hôtel de la Métropole de Lyon, à l’aide d’eau et de farine. L’objectif était de dénoncer l’inaction des élus face à la pression publicitaire grandissante, malgré leur devoir de protéger la population. Alex Montvernay avait passé plus de 26 heures et 30 minutes en garde à vue, avant d’être convoqué devant le tribunal correctionnel de Lyon pour « dégradation » et « complicité ». Il risque aujourd’hui jusqu’à 2 ans de prison et 30 000 € d’amende. Le 7 octobre dernier, son procès avait été renvoyé devant une juridiction collégiale, la juge estimant alors l’affaire trop « complexe » au vu « de la nature des faits, du contexte et des discussions de société soulevées ».

La publicité nous retient dans le vieux monde

La place de la publicité est aujourd’hui une question fondamentale, d’autant plus après cette période de confinement qui a permis à toutes et tous de constater quelles activités étaient essentielles, superflues, voire même parfois néfastes. La publicité tombe clairement dans la troisième catégorie : omniprésente, elle constitue un gaspillage de ressources et d’énergie anachronique, ainsi qu’une pollution visuelle et lumineuse grandissante — surtout dans le cas des panneaux numériques qui tendent à s’imposer — le tout pour inciter les citoyens à consommer toujours plus, quand il faudrait tendre vers une diminution de la production pour respecter les limites planétaires.

Vous aussi, soutenez Alex en faisant un don.

Partagez sur les réseaux sociaux :
Facebooktwitter
Posted in Action.