Après le confinement, il est urgent de… poursuivre les Décrocheur·ses de portrait ?

26 juin 2020 –  La répression contre les activistes d’Action non-violente COP21 n’a pas tardé à reprendre à la sortie du confinement. Cette semaine, des Décrocheurs et Décrocheuses de portrait du président Macron de Bordeaux, Nancy, Montpellier et Reims ont eu droit à deux procès, une composition pénale, trois gardes à vue et autant de perquisitions. Le mouvement ANV-COP21 appelle à se mobiliser, y compris dans les urnes, face aux adversaires du climat et de la justice sociale.

Procès des décrocheurs et décrocheuses de Nancy

Soutien des prévenu·es devant le tribunal de Nancy – photo ANV-COP21 Nancy

Procès à huis clos et témoins refusés à Nancy

Ce vendredi, le tribunal de grande instance de Nancy jugeait Virginie, Nathalie, Johan et Thomas, les deux premières pour vol en réunion, les deux derniers pour recel de vol, tous les quatre pour refus de prélèvement ADN.

Lors d’une audience chargée, tenue à huis clos, le tribunal a refusé d’entendre les deux témoins, l’ingénieur du cabinet B&L Évolution Guillaume Martin et l’ancien président des Amis de la Terre Florent Compain. Le procureur a requis 300 euros dont 100 avec sursis pour le vol et pour le recel, ainsi que 200 euros avec sursis pour le refus de prélèvement ADN.

Le jugement sera rendu vendredi prochain, le 3 juillet.

« Nous somme traité·es comme des criminels, alors que c’est l’inaction climatique qui est criminelle ! » indique Virginie Hacquard, une des prévenues d’ANV-COP21 Nancy. « Notre action est légitime au vu de l’urgence climatique, il faut envoyer un message fort au gouvernement. »

Reportage de France 3 Lorraine

Un portrait décroché ressurgit à Bordeaux

Mercredi, huit activistes d’ANV-COP21 Gironde étaient jugés en appel de Bordeaux, après une première condamnation le 20 décembre, bien que leur peine n’ait pas encore été prononcée. Le procureur a requis « une sanction symbolique », le délibéré sera rendu le 16 septembre.

Une mobilisation a accompagné les huit Décrocheurs et Décrocheuses devant la cour d’appel, qui ont reçu le soutien de nombreuses organisations locales ainsi que de personnalités politiques : Philippe Poutou, Pierre Hurmic (tous deux candidats au second tour de l’élection municipale de Bordeaux) et le député Loïc Prudhomme, qui s’est vu remettre un des portraits présidentiels décrochés par le groupe ANV-COP21 Gironde.

Pour les activistes en procès à Bordeaux, « la crise sanitaire a coûté des milliers de vies en France. Pour sauver l’économie, on voit bien que l’argent magique existe. Le gouvernement doit entendre les alertes climatiques, et utiliser cet argent pour transformer radicalement la société ; sinon ce ne sont pas des milliers de vies qui seront menacées, mais bien l’humanité elle-même. »

 

Et si on mettait plus d’efforts dans l’action sociale et climatique que dans la répression ?

La liste des procès Décrochons Macron, dont 16 sont déjà passés et 13 autres déjà prévus, pourrait encore s’allonger. Mercredi 24 juin, Lewis, un militant de Montpellier qui avait déjà subi une longue garde à vue suite au décrochage de portrait, était convoqué pour une composition pénale. Il a refusé l’amende de 300 euros qui lui était proposée.
Ce jeudi 25 juin, trois activistes du groupe ANV-COP21 Reims ont subi une garde à vue et une perquisition, suite à un décrochage de portrait réalisé à Taissy le 6 mars dernier.

« Le gouvernement fait semblant de s’intéresser au climat, avec notamment la Convention Citoyenne pour le Climat, à grands renforts de communication », selon Fanny Delahalle, Décrocheuse et porte-parole d’ANV-COP21. « Mais en réalité il consacre ses efforts sur la répression des mouvements sociaux et sur la reprise d’un business as usual qui détruit notre environnement et notre société. Nous continuerons à sanctionner ses mauvaises décisions dans les urnes, dans la rue, par des mobilisations déterminées, radicales et non-violentes. »

Partagez sur les réseaux sociaux :
Facebooktwitter
Posted in Décrochons Macron and tagged , .